A propos

Biographie

Je vous souhaite la bienvenue, si vous lisez ceci c’est que vous aussi vous aimez la photographie et que vous voulez en apprendre un peu plus sur moi.

 

La photographie est l’art de s’exprimer en images.

Je suis Dapacari, je suis né en 1986 et je vais vous raconter ce qui m’a rapproché de la photographie.

J’ai longtemps attendu avant de me lancer dans ce domaine. Auparavant je photographiais tout ce qui se présentait à moi mais sans m’y intéresser davantage, c’était photographier avec un simple « compact numérique » et c’était juste une image banale sans intérêt.

Puis en octobre 2014 je décide de me lancer et de m’acheter mon premier reflex.

Dès que je l’ai eu en main, j’ai pris peur, tous ces réglages, tous ces boutons, tout ce qu’il fallait assimiler et notamment la technique, je me suis dit que je n’y allais pas y arriver. Et puis j’ai mis mon œil dans ce boitier et j’ai senti qu’il se passait quelque chose, je me suis rendu compte que dans ce viseur rectangulaire je regardais vraiment les choses et que cela me permettrait de mettre dans un rectangle, un fragment figé de vie, une scène, une histoire, une interprétation et que je créerais tout ça avec ma création et mon originalité. J’ai donc beaucoup persévéré et travaillé, je ne compte même plus le temps que je passe à apprendre.

J’ai appris la photographie en lisant et relisant des livres, en regardant des vidéos sur Youtube, en écoutant de précieux conseils de mon père artiste peintre et de mon frère photographe aussi, mais surtout en pratiquant la photographie dans divers domaines.

J’ai appris que l’on ne naît pas photographe, on le devient.

N’importe qui peut devenir photographe, d’ailleurs on l’est tous un peu de nos jours avec nos smartphones, n’importe qui sait appuyer pour prendre une photo.

Mais alors me diriez-vous : « pourquoi fais-tu de la photo ? »

La photo ne s’arrête pas là, il s’agît d’un art de technique complexe et la photo permet de faire passer un message, plutôt que de long discours,  Il ne s’agît pas seulement d’appuyer pour saisir l’instant, mais de réfléchir ; comme un musicien à la composition de l’instant ; de l’angle choisi, du précieux instant à saisir l’émotion dégagée, le cadrage, les mouvements des acteurs de la photo et c’est là qu’intervient tout un travail ; de techniques photographiques, de mise en application de l’apprentissage et de réflexion et c’est à partir de là que nait l’artiste et les œuvres qui suivent.

J’ai par la suite 1 an plus tard en décembre 2015, revendu un objectif de photo que je n’utilisais pas, le Canon 70-300 f4-5.6 USM pour acheter un 2ème boitier, mais cette fois j’ai choisi un compact « expert » avec une focale fixe, c’est-à-dire sans zoom, seulement mes pieds pour me rapprocher. J’ai pris un très bon boitier de chez Fuji, le modèle x100s qui me permet de l’avoir plus souvent sur moi étant donnée qu’il est moins encombrant et moins lourd qu’un reflex. J’ai donc suivi ce que disait « Robert CAPA » :

​« Si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près »

Je me suis ensuite lancé dans les réseaux sociaux afin de montrer ce que je faisais et de partager cette passion naissante. Ce n’était pas facile de trouver un style photographique qui me plaisait et qui me ressemblait, je me suis cherché pas mal de temps à trouver ce que j’aimais photographier, mais de toute façon il fallait que je pratique pour comprendre ce que j’avais appris.

​J’ai donc essayé les portraits, la danse (Battle hip-hop), le sport (Badminton), l’architecture, ma ville de Lyon, et ce qui est revenu le plus souvent dans mes clichés, c’est l’architecture, les formes, les lignes ainsi que ma ville que j’aime, Lyon. J’ai appris à découvrir ma ville. Puis à force de pratiquer j’ai expérimenté de nuit la pose longue, puis de jour et j’ai trouvé que c’est une pratique auquel je prenais beaucoup de plaisir. Alors j’ai continué d’exploiter ce que j’aime photographier. Et à Lyon ce n’est pas ce qui manque, il y a plein de choses à photographier, mais je ne voulais pas photographier ma ville « comme tout le monde ».

Au départ c’est ce que je faisais, je voulais la présenter comme si une personne la découvrait, mais à force de photographier j’en ai conclu qu’il y avait quelque chose d’autre à faire pour être plus créatif et c’est ce que je voulais.

​Je voulais interpréter.

Petit à petit en postant mes photos sur les réseaux sociaux, je me suis mis à choisir des  « Comme » en titre de photos et c’est là qu’est devenu mon idée. Comme la photographie est un art visuel :

Dans un premier temps on ne voit d’abord les choses qu’avec nos yeux mais ensuite il se présente à nous des formes géométriques : carré, rectangle, rond, et quelque chose qui ressemble à quelque chose d’autres sur la photo ou bien qui lui donne l’air…

C’est de là que je créé mon style photographique et qui me donne l’idée de comparer la photo prise avec autre chose.

C’est donc pour cela que vous voyez le titre de mes photos commencer par « Comme… », car je compare la photo que j’ai prise avec quelque chose qui lui donne l’air.

Je suis content de partager avec vous un domaine que nous avons en commun, l’art de la photographie.

Je vous remercie de m’avoir lu, et je souhaite que vous vous évadiez dans mes images…

Dapacari